top of page

Quelles technologies de comptage dans les transports correspondent le mieux à vos besoins ?

Dernière mise à jour : 2 févr.

Il existe aujourd’hui de nombreuses technologies pour mesurer l’affluence dans les transports en commun : allant du simple comptage manuel au comptage par WiFi ou Bluetooth aux systèmes les plus avancés utilisant la vidéo 3D stéréoscopique, les réseaux peuvent s’appuyer sur des moyens différents, voire complémentaires.


Le comptage manuel et celui aux portes sont les méthodes les plus utilisées par les opérateurs de transport… Pourtant ce ne sont pas toujours celles qui leur correspondent le mieux. En effet, toutes les technologies ne conviennent pas à tous les besoins !


Au lancement d’un projet de mesure de l’affluence, il est conseillé de prendre en compte un maximum d’éléments pour optimiser le ratio matériel/résultat : cet article vous aidera justement à les identifier pour faire le bon choix.


Quels sont les paramètres de décision à prendre en compte pour le comptage de voyageurs dans les transports ?


La typologie de vos moyens de transport (métro, bus, tramway, train, etc) pourra grandement orienter le choix de votre futur système de comptage qui mesurera votre affluence. En effet, le nombre de portes, la prise en compte de l’immobilisation du matériel (“coûts cachés” rarement intégrés aux projets de comptage), le nombre de véhicules et d’arrêts, la fréquence de passage, la fréquentation estimée des lignes, la stabilité du réseau et la connectivité existante, l’espace disponible dans les moyens de transport pour ajouter du matériel, la propriété du matériel roulant … Peuvent avoir un impact sur la qualité des données ou le budget associé au comptage.


Par ailleurs, il est important de hiérarchiser les objectifs de la collecte de cette donnée : est-ce pour étudier et optimiser votre plan de transport ? Enrichir l’information voyageurs de données en temps réel sur l’affluence ? Suivre votre fréquentation dans le cadre du contrat de DSP Opérateur/Autorité Organisatrice ?


Tous ces éléments vont permettront de déterminer la technologie de comptage la plus adaptée à votre réseau de transport ainsi que la méthode de mise à disposition de vos données.


Quelle technologie de comptage correspond le mieux à vos besoins ?


Le comptage manuel


Le comptage manuel peut être une bonne solution dans des cas très ponctuels, notamment pour des études nécessitant la collecte de données qualitatives telles que la typologie des voyageurs, la fréquence de voyage, ou encore la connaissance de l'origine-destination.


Cela dit, cette méthode est plutôt onéreuse à cause de la main d'œuvre, en particulier à grande échelle, et ne peut être considérée comme représentative de toutes les situations (les données peuvent être biaisées en cas de grèves, incidents techniques, etc.). En effet, ils offrent une “photographie” de l’affluence sur le réseau mais ne fournissent pas de données sur le long cours... Par ailleurs, le comptage manuel nécessite un retraitement a posteriori important et il est impossible de fournir des informations en temps réel aux voyageurs.

En synthèse, cette méthode peut permettre de collecter des données “à la marge” à des fins d’étude mais elle ne permet ni de suivre l’affluence et son évolution, ni de communiquer l’affluence aux voyageurs.


Dérivées du comptage manuel, les données participatives sont très peu fiables et ne peuvent être considérées comme une bonne méthode de comptage.


Le comptage aux portes

Le comptage aux portes représente aujourd’hui la norme dans les transports. En effet, il permet de collecter un jeu de données très complet (montées/descentes par arrêt, charge, fréquentation globale d’une ligne…)


Il est particulièrement adapté aux moyens de transports courts, qui ont peu de portes (bus, navettes ou aux bus en centre-ville) et aux réseaux gratuits, qui ne disposent pas de données de validation.

Cela en fait un bon outil pour avoir une vision précise de la fréquentation (étude de la pertinence du plan de transport, suivi du contrat entre opérateur et Autorité Organisatrice, mesure de la fraude…


Il est possible d’obtenir ces données en temps réel afin de les communiquer à vos voyageurs mais à une seule condition : bénéficier d’une couverture au réseau 3G/4G et d’un signal GPS fiable, ce qui n’est pas toujours le cas…


En revanche, pour les moyens de transport longs tels que les métros, les tramways ou les trains, qui ont beaucoup de portes, il devient coûteux et long à déployer - et il faut bien anticiper les coûts d’immobilisation du matériel.

Il faut aussi prêter attention au risque de cumul d'erreurs au fil de la course et, sur les moyens de transports longs, à la répartition de la charge entre deux rames (qui peut varier si les voyageurs peuvent se déplacer de part et d’autre une fois montés).


Le comptage par vidéoprotection

Contrairement au comptage aux portes, ce dispositif par vidéoprotection nécessite uniquement un seul boîtier pour réaliser le comptage, l’installation est donc relativement simple et peu contraignante. De plus, il permet de capitaliser sur le matériel déjà existant, restitue correctement la charge entre les différentes voitures et évite tout cumul d’erreurs.

Cependant, il convient de noter que cette méthode ne fournit que des données sur la charge, et non sur les montées et descentes des passagers. Par ailleurs, elle n'est pas applicable sur tous les types de matériels, car elle nécessite l'utilisation de caméras IP (numériques) dans certains cas.


La technologie de scan

La technologie de scan consiste à “scanner” les passagers à travers les vitres du métro, train ou tramway : elle reproduit le principe d’un être humain sur un quai qui évalue l’affluence à travers les vitres. Elle permet de déterminer le niveau de charge avec une précision identique à une estimation humaine, tout en s’affranchissant des contraintes d’installation dans le matériel roulant (peu d’espace disponible, réseau 3G/4G fluctuant, propriété et immobilisation du matériel roulant…).



Elle est indépendante du matériel roulant et très adaptée aux moyens de transport longs tels que les métros, les trains ou les tramways. Comme pour le comptage par vidéoprotection, cette méthode ne cumule pas d'erreurs et est très adaptée à l'identification de la répartition de la charge entre les différents wagons. Elle est donc particulièrement intéressante pour communiquer l’affluence aux voyageurs en temps réel.


Cependant, elle ne fournit que des niveaux d'affluence, et non le nombre exact de voyageurs ou le nombre de montées et descentes. Elle est donc moins adaptée aux bus, en particulier si ces derniers ont peu de portes, peu de matériel roulant ou beaucoup d'arrêts - et aux réseaux qui ont besoin d’étudier les montées/descentes par arrêt.


Afin d’être guidé efficacement dans le choix de la méthode la plus adaptée à vos besoins, nous vous conseillons de vous orienter vers le partenaire le plus neutre possible sur le plan technologique. Avant de prendre toute décision, renseignez-vous sur l’existant et faites le tour des besoins en interne.

Les investissements en comptage sont importants, autant pour l'autorité organisatrice que pour l’opérateur de transports, et c'est une étape nécessaire pour prendre la bonne décision et ainsi améliorer la qualité de service aux voyageurs !


Etude sur l'information voyageur

234 vues

Comments


bottom of page